A pied, à vélo, en âne, en roulotte...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, juillet 4 2012

Excursion en Yorkshire

Angleterre_2011_-_001.jpg

Grâce au ferry Zeebrugge-Hull qui appareille tous les soirs, nous sommes allés deux jours en Angleterre ce mois de juillet 2011. 

Arrivés après une mini-croisière d'une nuit sur le bateau, nous avons rejoint la gare de Hull, pris le train pour Scarborough, puis un bus vers Pickering, où nous attendait le train à vapeur du premier Harry Potter.

C'est en effet sur la ligne Pickering-Whitby que se trouve la gare de Poudlard (Goathland de son vrai nom), que l'on voit dans le premier film de la série. 

Angleterre_2011_-_037.jpgCette gare pittoresque fut pour nous le début d'une balade à pied, à travers de magnifiques sentiers, vers Grosmont où nous sommes remontés dans le train à vapeur. 

Toute cette région compose les Yorkshire Moors, superbe pour la marche à pied et ses paysages vallonnés.

Une nuit à l'auberge de jeunesse de Boggle Hole, tout près du charmant village de Robin Hood's Bay, fut notre deuxième découverte. Angleterre_2011_-_071.jpgOn y accède à pied en suivant un long sentier le long des falaises au départ de Robin Hood. Le repas du soir fut pris devant la mer, calme et sous le soleil. Peu de pluie pendant ce séjour et une température agréable.

Angleterre_2011_-_066.jpgCe fut dommage de repartir déjà avec le bus depuis Robin Hood's Bay, en direction de Scarborough... puis Hull et Zeebrugge. Une nouvelle nuit dans le bateau nous a permis de découvrir le Bingo !

Luc

lundi, août 16 2010

Voyage à Londres et à Oxford

On est partis en Angleterre cinq jours (du 9 au 14 août) cet été 2010.

Pour Londres on a commencé par un tour à pied sur les traces d'Harry Potter. Pour découvrir les lieux de tournage et bien d'autres lieux un peu magiques de Londres, il suffit de télécharger une brochure (gratuite !) sur le site THE HARRY POTTER LONDON TOUR AND TREASURE HUNT, mise à jour par des passionnés. Y a qu'à suivre le chemin donné et de bien ouvrir les yeux :-)

Outre les grands classiques on est aussi allés visiter un petit nouveau, le musée de la pop/rock Britannique au Dôme de Greenwich :"British Music Experience". 

On peut s'y faire prendre en vidéo en train de danser au son de tubes anglo-saxons des 50 dernières années ! Et tout ceci enregistré pour la postérité :

On a ensuite passé deux jours à Oxford. Superbe ville, qui est aussi le lieu de pas mal de scènes d'Harry Potter... On a visité l'inévitable Christ Church College. Mais le plus beau à voir est le Magdalen College, doté de grands parcs avec même des cerfs et des biches... La Bodleian Library (bibliothèque de Poudlard) ne se visite qu'avec un guide. Mais quel décor mes amis ! Faute de temps on n'a pas vu les 37 autres collèges.

Luc

samedi, août 22 2009

De Grammont à Ath (15 août 2009)

On décide finalement de ne pas retourner jusqu'à Tournai à vélo. Il fait très chaud et il y aurait 65km à faire sur un relief pas vraiment plat. Avec les remorques et les enfants ce n'est pas réaliste. 

Le point d'arrivée sera Ath, qu'il est facile de rejoindre à partir de Grammont en suivant la Dendre. 

De là on peut prendre le train pour rentrer à Tournai ou à Namur (via Bruxelles). 

L'exploit sera d'y parvenir avec aussi les remorques pour enfants :-)

Nous passons encore la matinée au domaine "De Gavers" où nous faisons un peu de pédalo.

Ensuite nous allons manger à Grammont, en renonçant à faire la petite route qui constitue le fameux "mur". Elle n'était pas sur notre chemin mais certains avaient envie de la faire "pour le plaisir".

Nous quittons Grammont et la Flandre. La belle piste cyclable s'arrête et est poursuivie par le RAVeL... en terre.

Ce dernier est malheureusement en mauvais état quasiment jusque Lessines. Boue et gravier nous attendent... Plus quelques déviations !

Ouf, la partie de Lessines à Ath est elle en bon état. 

C'est sous une chaleur d'enfer, mais dans la bonne humeur, que nous arriverons à une petite écluse sur la Dendre, avant de rentrer dans Ath

Nous y prendrons une dernière photo de notre groupe de vélo-touristes, avant de nous séparer... Certains prenant le train vers Tournai, d'autres vers Namur. C'est la fin d'un mini-périple de 180km, qui nous a menés en groupe dans de beaux paysages du nord du pays.

Luc

De Gand à Grammont (14 août 2009)

Aujourd'hui il fait beau et c'est tant mieux. La sortie de Gand est moins belle que la joyeuse entrée que nous y avions fait mercredi soir. On traverse une zone industrielle, le long d'un canal.

Heureusement cela se fait toujours sur des sites propres. Même les franchissements de routes à quatre bandes sont bien étudiés pour se faire à vélo. On ne se retrouve jamais au milieu du trafic sans échappatoire !

Après une heure ou deux on se retrouve dans la campagne. Il est temps ! Cette campagne est d'abord assez plate puis le relief se fait plus vallonné. 

On rentre petit à petit dans ce qu'ils appellent les "Ardennes flamandes". Des bois (petits) et des collines. Mais aussi des petits châteaux et des villages charmants...

Lors du passage devant un de ces châteaux notre passage sera interrompu par une fermière conduisant sa vache dans un champ !

Le relief n'est pas facile à franchir pour tout le monde. Certains ont très soif ! Parfois nous tombons aussi sur un chemin très étroit, bordé de boue. Ce n'est heureusement pas souvent le cas.

Les enfants eux s'en tirent sans problème. Et notamment Victor Dupriez, le champion toute catégories du vélo tout terrain.

L'arrivée se fera dans le domaine provincial "De Gavers" le long de la Dendre. L'AJ est juste à côté, ça tombe bien. On est à 3km de Grammont.

Ce domaine est l'occasion pour les enfants d'aller à la piscine, à la plaine de jeu et aussi de faire du pédalo le lendemain matin.

L'AJ où l'on dort nous a mis dans un grenier dortoir. Nous passons donc vraiment une nuit tous ensemble ! Un bémol toutefois: le bruit du rez-de-chaussée (bar juste en-dessous) nous empêchera de passer une vraie bonne nuit...

Luc

Gand (13 août 2009)

Aujourd'hui c'est journée pédestre. Gand n'a peut-être pas autant de canaux que Bruges mais n'a pas trop à lui envier. Le centre ville est superbe et se prête à la marche.

Nous sortons sous une petite bruine de l'AJ (la seule pluie du voyage) pour nous diriger vers le château des Comtes de Flandre (Gravensteen) que nous visiterons la matinée, avec les enfants.

Originalité de la visite : des "guides vidéos" qui contiennent un petit film de fiction censé narrer l'histoire des illustres occupants du château.

Ce château a été reconstruit au début du XXe siècle, car il était devenu au fil du temps une filature de coton et de nombreuses maisons civiles s'étaient adossées à ses ruines...

Après un dîner frugal nous partons l'après-midi pour une visite des canaux (sans la famille Dupriez, qui n'a pas le pied marin ;-)

Cette visite de 45 minutes, commentée, nous permet d'apprendre pas mal de choses sur les anciennes industries gantoises. Les brasseries tenaient ici un rôle majeur dans l'alimentation du peuple !

Ensuite ce sera une petite flânerie dans les rues du centre ville. Boutiques de CD, de chocolats, de breloques kitsch.

Un souper calme à l'AJ suivra, où nous préparerons l'itinéraire de demain: il s'agit de sortir de Gand et de traverser les terribles "Ardennes flamandes" jusqu'à Grammont !

Luc

De Courtrai à Gand (12 août 2009)

Après un bon déjeuner à l'AJ nous embarquons sur nos vélos pour suivre la Lys depuis Courtrai jusque Gand.

Nous aurons l'une ou l'autre crevaison au cours de ces cinq jours de voyage mais jamais rien de difficile à réparer heureusement.

La Lys est fortement canalisée entre Courtrai et Deinze. Les paysages ne sont donc pas très variés. Heureusement la seconde partie de la journée sera plus attractive. 

Une fois Deinze dépassé on tombe sur le vieux cours de la Lys, plus sauvage, puis un superbe château (Ooidonk) que nous n'aurons malheureusement pas le temps de visiter, le ciel se faisant menaçant.

Nous arrivons dans une des régions les plus riches de Flandre (Sint-Martens-Laatem) et cela se voit. Les villas rivalisent de richesses étalées, les 4x4 sortent de partout et les filles s'émerveillent devant ces petits manoirs...

L'entrée dans Gand se fera en longeant la Lys, ce qui se révèle en fait un très bel itinéraire. On traversera le centre de Gand en longeant les quais et quelques unes des plus belles vues sur le centre ville.

L'AJ se trouve idéalement placée dans le vieux centre. Leur garage à vélo est fermé pour cause de travaux mais ils nous permettent d'entasser nos vélos dans le hall :-)

Un bon repas dans une taverne de la grand place et nous voilà requinqués après ces 55km (un peu long aujourd'hui). Demain, journée de repos : visite de la ville !

Luc

De Tournai à Courtrai (11 août 2009)

Fin 2008 quelqu'un avait lancé l'idée de traverser une partie de la Flandre à vélo, à trois familles amies (nous plus les Dupriez et les Ledent). 

A Pâques le projet s'était concrétisé: nous nous étions revus pour peaufiner le trajet, et nous avions ainsi imaginé de faire la boucle Tournai-Courtrai-Gand-Grammont-Ath.

Le défi était de taille: parcourir ensemble 180km en cinq jours, avec des enfants en bas âge dans des remorques et des non cyclistes parmi nous :-)

Nous nous sommes donc lancés à l'aventure ce mardi 11 août. 

Nous sommes arrivés de Namur avec nos cinq vélos chargés dans le train de 11h à la gare de Tournai. Direction la maison des Ledent, le véritable point de départ du voyage.

Une fois tous réunis nous avons longé ensemble l'Escaut jusqu'à Bossuit. Première partie assez tranquille... ! Nous avons pique-niqué le long du fleuve avant de continuer notre chemin. 

Les enfants se sont ensuite détendus sur un trampoline à la pause à Bossuit.

C'est ensuite le canal Bossuit-Courtrai que nous avons suivi jusqu'à la périphérie de la ville. De là une piste cyclable sur une voie de chemin de fer désaffectée nous a permis de gagner le centre de Courtrai et l'Auberge de Jeunesse (AJ), où nous avions réservé 13 lits.

Le système flamand des points noeuds permet de choisir assez finement son itinéraire. A chaque carrefour un panneau permet de continuer dans la bonne direction ! Grâce à ce système on ne se perdra presque jamais en terre flamande...

L'AJ était assez peu peuplée, de même que la ville qui nous a semblée étrangement désertée... A croire que nous étions les seuls touristes à flâner par là !

Le soir à Courtrai nous irons manger sur le Veemarkt, avant de faire une balade nocturne dans la vieille ville (et son beffroi multi-centenaire).

Luc

lundi, juin 1 2009

Reportage de Canal C sur nos vacances en roulotte

Ci-dessous le petit reportage effectué par la télévision namuroise, Canal C, sur notre périple en roulotte !

jeudi, août 16 2007

Bien rentrées !

Bonjour,

Nous sommes bien rentrées en Belgique. Luc est resté à Dublin, pour encadrer une semaine Amnesty entre jeunes israéliens, palestiniens, irlandais du Nord et du Sud.

Pour commencer le récit de notre voyage cliquez ici !


mardi, août 14 2007

Mardi 14 : On reprend le bateau

C'est le jour du retour. On reprend le car vers Rosslare (11h à 14h45) puis on embarque à bord du Normandy. C'est là que l'on quitte Luc, qui reste en Irlande pour une semaine Amnesty.

Le navire tangue pas mal... Cela effraie Marie, qui sent le mal de mer venir, mais ça amuse Caroline et Eléonore. Nos deux cabines sont plus grandes et plus confortables qu'à l'aller, et elles sont moins bas dans le navire (ce qui nous épargne pas mal de volées d'escaliers).

On décide d'aller voir, au cinéma du Normandy, le film des Simpson (en anglais uniquement). On prend un bon petit repas et on passe la soirée au bar, à écrire devant les gens qui dansent, à regarder par la vitre le soleil se coucher sur la mer agitée... Marie et Caroline font de la gym et de la danse. On vit nos dernières heures de vacances. Le lendemain, une journée de train nous attend avant de retrouver notre maison... et de raconter notre voyage!

lundi, août 13 2007

Lundi 13 : Retour à Dublin

Le temps de ramener nos vélos, de faire quelques achats et nous prenons le train vers Dublin à 13h30.

Arrivée dans la capitale à 17h. Le soir, on part à la recherche d'un pub qui nous offrira une dernière soirée de musique. Luc décide de sortir du quartier, pour aller dans des rues moins fréquentées. Mais on a du mal à trouver. Finalement, à 21h, on se fait jeter dehors du pub dans lequel on s'est décidés à entrer: les enfants sont interdits dans les pubs après 21h. C'est comique: il aura fallu attendre le dernier soir pour apprendre l'existence de cette loi.

On essaie quand même un deuxième, puis un troisième pub... où on tombe sur un collègue de Luc et sa famille! "On vide notre verre, expliquent-ils, parce que le patron vient de nous dire qu'on ne pouvait pas rester ici avec des enfants après 21h!"...

C'est donc devant un chocolat chaud, sur une place du quartier de Temple Bar, que l'on va passer notre dernière soirée irlandaise!

dimanche, août 12 2007

Dimanche 12 : Une belle journée à vélo

Nos hôtes nous offrent un petit déjeuner des plus copieux: jus de fruit, thé ou café, toasts, large choix de céréales, fruits (fraises, pommes, oranges, bananes, kiwis), oeufs sur le plat ou omelette, yahourt et... spécialement pour nous, croissants! "C'est le meilleur petit déjeuner depuis le début du voyage!" s'écrie Marie.

Vers 10h30, on quitte le B&B à vélo. On rejoint une sorte de RAVeL (sentier pour piétons et cyclistes) qui nous conduit au port. A gauche, le Mont Saint Patrick et les collines voisines. Le paysage est splendide et le soleil, qui joue à cache-cache avec les nuages, colore le décor de façon différente à tout moment.

On fait une pause au bord de l'eau, le temps d'observer un héron cendré et de ramasser des coquillages. On remonte en selle vers Westport House. Comme il commence à pleuvoir, on entre et on visite la vaste demeure du 18e siècle.

Quand on sort, le soleil brille! On va profiter du parc: on saute dans un pédalo en forme de cygne, et on fait un tour sur le lac, au milieu de vrais et faux cygnes... On passe encore quelques heures sur diverses attractions et à 16h30, on repart en direction de Pigeon Point, au nord de la baie. On veut prendre un raccourci en sortant du domaine de Westport House. C'est un sentier privé, herbeux. On ouvre des barrières, on passe des obstacles, on roule dans l'herbe... jusqu'à arriver, tout juste avant la route, devant une dernière barrière de plus d'un mètre cinquante de haut fermée par un cadenas! Luc monte à cheval sur la barrière, on lui passe les vélos pour qu'il les dépose de l'autre côté, puis on escalade la barrière à notre tour.

Un peu plus loin, arrêt forcé devant le golf de Westport: le pneu arrière du vélo d'Eléonore est plat. Luc le répare, puis on reprend la route vers Pigeon Point. Cette fois, ça y est. On est au bord de l'eau; la marée est montante. On observe les îles de la baie, le Mont Saint Patrick en face, en pyramide parfaite. On s'installe ensuite face à l'Atlantique pour manger un fruit. Le retour est fatigant (que de montées!). Mais c'est une magnifique journée, ensoleillée, qui se termine.

samedi, août 11 2007

Samedi 11 : Le confort à Westport

Moment d'adieux avec Fergus et avec nos co-voyageurs (on apprend enfin que Hagrid s'appelle en fait Mathias, et on lui avoue quel surnom les enfants lui ont donné...).

On rejoint, en train, la ville de Westport. A 13h, on arrive au B&B Westwood, où Marie Dever nous accueille avec beaucoup de gentillesse. "A cup of tea?". Les deux chambres avec douche et toilettes sont très confortables. "Quel luxe!", s'écrie Marie.

Comme on a faim, on part tout de suite en ville pour manger. Mais il pleut à seau et on arrive trempés jusqu'aux os dans un resto italien. Retour obligé au B&B après le repas, pour se changer et se sécher. Notre hôtesse a préparé la table pour le tea-time: biscuits, brioches, thé... Les filles sont à la fête! Il y a même un plat de fruits frais...

Vers 17h, la pluie se calme, on ressort donc. Westport est une très jolie ville colorée, avec une rivière, des magasins avec des enseignes de bois peint...

Luc nous entraîne chez un loueur de vélos. L'endroit est bizarre, les filles se croient dans une décharge (en fait, il y a des stocks de sacs de combustibles, des bonbonnes de gaz...). Dans son cabanon de bois, notre bonhomme explique qu'il doit essayer de trouver un vélo adapté à la taille de notre "petite" Caroline. Il n'a que des vélos pour adultes, en fait... Pendant une demi-heure, il essaie d'échanger les selles, de couper une tige de selle pour la faire descendre au plus bas sur son plus petit vélo. Mais ça ne marche pas, Caroline est trop haut perchée. On remercie donc notre homme et on le salue, désolés. Un quart d'heure plus tard, le type vient chercher Luc dans un magasin: il a trouvé un vélo chez un voisin. On retourne donc dans son antre, où il faut encore régler des freins et des vélos qui grincent. Puis on part avec nos cinq vélos.

100m plus loin, Nathalie s'arrête. Le guidon tourne dans un sens, la roue part dans l'autre sens... Marie et Eléonore se marrent bien! Luc emporte le vélo au point de départ, le temps de régler ce petit problème technique. L'épisode "location de vélo" aura duré une heure et demie, et on n'est pas sûrs que la météo nous permettra d'utiliser nos bicylettes demain!!

vendredi, août 10 2007

Vendredi 10 : Dernier jour en roulotte

Dernier trajet en roulotte, sous le crachin. On apprécie toujours le comportement accueillant et chaleureux des automobilistes irlandais. Nous n'avons jamais vu de geste agressif ou impatient. Au contraire, lorsqu'on croise une voiture, le chauffeur ne manque pas de nous faire signe de la main. Au début, les filles n'y comprenaient rien: "Tu le connais, maman? Il t'a fait signe!". Finalement, on s'est habitués à répondre, et à accueillir ces pouces levés et ces mots gentils avec beaucoup de bonheur.

Arrivés à Belcarra, on décide d'aller découvrir le "Eviction cottage". C'est une petite maison de campagne du 19e siècle dont la famille de neuf personnes a été expulsée en 1886. Malheureusement, nous n'apercevrons l'intérieur de la demeure que par les trois petites fenêtres. Un sentier de promenade passe par-là, on décide de le suivre. Le sentier herbeux nous entraîne en pleine réserve naturelle, entre un mur de pierre et la rivière. C'est romantique, adorable, malgré l'humidité.

Enfin, les voyageurs des sept roulottes se retrouvent au pub Flukie's pour une dernière soirée musicale. Hagrid a pris sa cornemuse. Une bonne dizaine de musiciens sont là, parmi lesquels plusieurs enfants. L'ambiance est joyeuse, chacun y va d'une chanson, d'un morceau de flûte, on tape dans les mains...

jeudi, août 9 2007

Jeudi 9 août : A Mayo, en Mayo...

Ce matin, pour attraper Fergus, Sean nous prête main forte. Notre hôte utilise une technique originale mais efficace, qui n'est pas sans rappeler le Far West... Il prend notre longe, confie une extrêmité à Luc et prend l'autre. A deux, ils coincent Fergus et referment la longe autour du cou du cheval (sans l'étrangler, quand même, on a besoin de lui!)...

On se trompe de route! Ennuyeux: le cheval ne peut pas tirer la roulotte n'importe où. Il y a des routes où les voitures sont trop rapides, d'autres trop étroites, avec des branches d'arbres trop basses, et puis il y a les pentes trop raides que le cheval ne passera pas. Heureusement, on réussit à couper pour retrouver le bon chemin, bordé de briques de tourbe qui sèchent.

Tout va bien... sauf qu'une autre roulotte nous rattrape! Le cheval qui nous suit semble pressé, alors que celui de devant, lui, prend son temps. Bref, on se retrouve en train de trois roulottes très rapprochées. C'est drôle, sauf quand les chevaux se mettent au trot dans les descentes. Que se passera-t-il si l'un des chevaux freine subitement, avec le poids des roulottes? Les deux équipages britanniques sont autant inquiets que nous. Surtout lorsque Brian tombe de sa roulotte, dans le fossé! Le trot, ça secoue...

Enfin, on arrive à 14h30 à Carrowbrack, à côté d'un hangar de ferme. On est, paraît-il, à 3 km de Mayo, minuscule village qui a donné son nom au Comté! On y va, pour voir l'abbaye, et boire à sa taverne. Il fait ensoleillé, heureusement, car les 3km sont longs ici... On se demande si les Irlandais ne confondent pas parfois les miles et les kilomètres! Moment d'émerveillement quand un lapin a bondi joyeusement devant nous, sur la route, pendant de longues minutes...

Déception en arrivant devant les ruines de l'abbaye, qui n'ont rien d'exceptionnel. Quant à la taverne, on ne la trouve pas. On fait le tour du village à la recherche d'un pub. Rien. Finalement, quelqu'un nous indique le petite épicerie. On y achète quelques biscuits, puis on demande où se trouve le pub. Le vendeur nous répond qu'il va nous l'ouvrir tout de suite! Le pub se trouve derrière le magasin, il n'ouvre que le soir, ou en journée quand il y a de la demande. Nous voilà donc en train de boire un cidre ou une limonade dans un pub ouvert pour nous seuls! Le gars a tout de suite deviné qu'on était en roulotte: il n'y a aucun touriste ici, à part ceux qui voyagent en roulotte. D'ailleurs, les restaurants du coin organisent des navettes pour aller chercher et ramener les voyageurs qui voudraient aller manger le soir dans leur établissement.

mercredi, août 8 2007

Mercredi 8 : Stop Fergus! Walk on, Fergus!

Luc a réussi à sortir Fergus du pré, avec l'aide de Pauline, l'aînée de la famille de France. On commence à le brosser... mais Fergus en décide autrement: il fonce, et retourne dans le pré! Michael, help!!


Bon, allez, en route... Fergus avance, accélère dans certaines descentes pour prendre de l'élan avant que la route ne recommence à monter. Premier stress lorsque Luc s'aperçoit que la carte est tombée de la roulotte. Mais où ? Il décide d'arrêter le cheval et court refaire les dernières centaines de mètres.

Mais Fergus, lui, veut avancer! Impossible de le tenir. Bref, il finit par avancer, avec les trois filles à l'intérieur de la roulotte, Luc qui court dans la direction inverse, et moi au milieu... Une fourgonnette de la Poste arrive alors. Le facteur propose tout de suite ses services: il fait demi-tour et va chercher Luc. Tant pis pour la carte, on reprend la route tous ensemble en roulotte, puisque Fergus ne veut pas attendre! Vive le GSM... On téléphone pour signaler qu'on n'a plus de carte en espérant que quelqu'un voudra bien nous en apporter une autre (merci Sean!). Quelques kilomètres plus tard, Fergus décide de... s'arrêter! Impossible de le faire avancer. Misère... Une dame, qui a elle-même des chevaux, tente de nous aider. Fergus nous fera encore un ou deux arrêts forcés de ce style ce jour-là. Durée de ce trajet mémorable: trois heures.

C'est dans le parking d'un B&B qu'on s'installe ce jour-là, à Bloomfield. Eléonore, Marie, Pauline et Soleine passent du temps près des chevaux. Caroline et Clémence se racontent un tas de choses. La petite Nora, elle, poursuit Marie "Marie, kom! Waar is Marie?". On lance un défi à Eléonore: elle doit poser des questions à Margo, en néerlandais, pour mieux la connaître. Elles finissent par jouer ensemble à quelques jeux de société.
Sean, qui nous reçoit, propose gentiment aux enfants (et aux plus grands) de faire un tour sur un de ses chevaux. Il nous montre aussi les lévriers qu'il élève, et notamment un champion (cinq participations, cinq podiums dont deux fois sur la première marche!).

Le soir, grand barbecue européen! Brian l'Anglais et André le Belge sont allés faire les courses à vélo. Les enfants réclament un morceau de cornemuse auprès de Hagrid... ça se termine en chansons.

mardi, août 7 2007

Mardi 7 : On retrouve le soleil et le Lough Carra

Fergus, à nouveau, refuse de partir. Il veut rester auprès de Molly, qui n'est pas en état de marcher aujourd'hui. Heureusement, on arrive toujours à nos fins!

Le trajet du jour se fait sous le soleil. Surprise en fin de parcours: Fergus accélère subitement dans une descente, alors qu'en principe, il ralentit prudemment dans ces cas-là. On comprend vite qu'il connaît bien la route : il a pris de l'élan pour la dernière montée avant l'arrivée chez Anna, à Burriscarra.

Anna habite dans une superbe propriété qui domine le lac Carra. L'endroit est magnifique et Anna très accueillante. On retrouve la chaleur et la cordialité de Kevin (John, hier, était peu présent).

Le lac est tout près, le soleil brille, on n'hésite pas! On laisse Fergus se reposer et on part en expédition. Objectif : trouver le Castle Carra construit par un baron norman en 1238, au bord du lac. Hagrid et sa maman ont renoncé: trop de boue sur le chemin. Qu'à cela ne tienne, nous contournerons le chemin, et passerons par-dessus les barrières et dans les prés. Un peu d'aventure, une forêt laissée à l'état sauvage, une végétation magnifique...
On finit par trouver! Il n'y a personne. Les ruines sont impressionnantes et la vue splendide. Nos efforts sont récompensés: on goûte au bord de l'eau, dans une crique paisible. Comme avant-hier, l'eau est d'une infinie pureté, et on se lance dedans. On s'y retrouve tous en t-shirt et culotte. Marie et Eléonore se mettent même à nager, malgré la fraîcheur de l'eau et le t-shirt qui colle à la peau.

A 18h, on repart en traversant un champ d'herbes géantes. Jamais vu de trèfles aussi grands (on en a cueilli un dont la tige mesure 40cm).

Chez Anna, les trois familles avec enfants se retrouvent à jouer ensemble (parents y compris) dans la pelouse. Hagrid (le voici enfin en photo...) sort sa cornemuse et nous joue plusieurs morceaux. Voici un petit extrait vidéo.

L'ambiance est à la fête. Les enfants commencent à lâcher des mots en allemand, en anglais, en néerlandais, en français. Une toute belle soirée...

lundi, août 6 2007

Lundi 6 : Journée pluvieuse

C'est sous le soleil que nous nous réveillons. Luc a du mal à attraper Fergus dans le pré, alors que tout le monde arrive facilement à emmener sa monture... Si vous ne nous croyez pas regardez cette vidéo

Finalement, il faut trois personnes pour réussir à le coincer et à l'entraîner.

Michael, des Horsedrawn Caravans, nous aide à préparer l'attelage et on démarre sous le soleil à 10h. Ici, Caroline (8 ans) tient les rênes... Mais trois quarts d'heure plus tard, c'est la douche! Tout le monde rentre dans la roulotte, sauf Luc qui continue à conduire courageusement...

On arrive peu après midi chez John, à Ballintobber. Nous allons manger au restaurant tout proche avec nos nouveaux amis français. Puis on visite l'abbaye de Ballintuber, construite il y a 750 ans. Le chemin de pèlerinage de Saint Patrick, patron des Irlandais, passe ici. Il pleut trop, on se réfugie dans la roulotte pour finir la journée...

A signaler, dans la roulotte autrichienne voisine, deux préoccupations animales. D'abord, Molly, leur jument (fiancée de Fergus), boîte méchamment. Michael viendra avec un autre cheval demain. Ensuite, Hagrid (tous les enfants l'ont surnommé ainsi, on ne voit pas pourquoi) a trouvé un hérisson mal en point...

dimanche, août 5 2007

Dimanche 5 : Rencontre avec Fergus

Lever vers 8h. L'air est frais et humide, mais sous la couette, on a eu bien chaud. A 9h15, première leçon: comment harnacher le cheval. Mon dieu, il y en a des étapes! Et quelle précision pour serrer ni trop fort, mais quand même assez, toutes ces cordes, ces chaînes, ces liens...

Notre cheval s'appelle Fergus (vous verrez sa tête plus tard. Un peu de suspense...). C'est le nom d'un personnage de la mythologie irlandaise, paraît-il. Son premier job était de tracter les troncs dans les forêts. Son petit boulot de pensionné, c'est de tirer les roulottes quelques heures chaque jour en été. Comme il n'a que 12 ans, il peut encore faire ça quelques années.

Le ciel est gris mais il fait sec et on se met en route. La sympathique Déirdre nous enseigne l'art de la conduite de notre véhicule, puis nous laisse aller... Eléonore s'y essaie la première, mais on y passera tous.

Le ciel s'éclaircit de plus en plus. On fait une bonne moitié du trajet sous le soleil, au milieu des marais, des lacs, entourés de moutons, vaches, chevaux... On marche volontiers à côté de la roulotte (Fergus n'avance pas vite...).

Arrivée au pub de Kevin, à Carrownacon, à 13h. Vers 14h30, après avoir mangé dans la roulotte, on part explorer les environs. On traverse un bois pour trouver une ruine: celle de l'ancienne demeure d'une famille d'écrivains et peintres irlandais: les Moore.

On descend ensuite au bord du lac. Le Lough Carra est d'une eau pure, limpide, assez fascinante. On ne résiste pas: on retire nos chaussures et on s'avance dans l'eau. On y restera un bon bout de temps. Ensuite, on se fera sécher au soleil, au milieu des fleurs et des papillons...

Le soir, on va au pub de Kevin avec la famille française. On fait plus ample connaissance avant de lancer l'opération "partage de la tente". La nuit s'annonce calme, mais elle est interrompue par des chants francs et joyeux: des joueurs de foot gaélique du coin font la fête au pub...

samedi, août 4 2007

Samedi 4 : On rejoint la roulotte

Le train qui nous conduit à Castlebar est bondé. On monte dedans une demi-heure avant le départ, et on trouve tout juste 5 places ensemble!
Rapidement, les voisins de banquette de Luc font connaissance entre eux et avec nous. La dame à côté de Luc l'interroge sur notre famille, lui demande si nous sommes catholiques pratiquants... En face de Luc, un prêtre de 86 ans qui a passé 65 ans en mission au Nigeria. Il y a aussi un gars bien sympa.
Quatre heures plus tard, nous sommes arrivés. Le taxi qui nous attend est de taille extra large, avec les sièges qui se font face à l'intérieur. Les filles s'exclament: "C'est comme une limousine!". Quelques kilomètres plus loin, nous sommes dans le petit hameau de Belcarra. C'est là que se trouve notre roulotte. En fait, sept roulottes se préparent à partir. On prend notre premier souper dans la roulotte...

Le soir, une réunion nous permet de recueillir les informations sur le périple qui nous attend. En fait, les sept roulottes partiront à 15-20 minutes d'intervalle chacune, mais feront le même parcours. On se retrouvera au même point de chute chaque jour. Il y a là des Anglais, des Autrichiens, des Français et des Belges (de Rhode-saint-Genèse et nous).

Nous passons notre première nuit en roulotte. Les trois filles tentent de dormir sur une banquette pour deux. Résultat pas terrible... Le lendemain, heureusement, les organisateurs trouvent la tente promise. On organise un roulement: Une de nos filles dormira chaque soir dedans, avec une des filles de la famille française (Pauline, Soleine et Clémence ont le même âge qu'Eléonore, Marie et Caroline!).

- page 1 de 2